Archives mensuelles : juin 2015

SOLITAIRE DU FIGARO - ERIC BOMPARD Cachemire 2015

25/06/2015 : Un bel essai à transformer

Quinzième de la quatrième et dernière étape de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire, c’est avec le sourire et le sentiment du devoir accompli, que Martin le Pape a rejoint les pontons de Dieppe, après avoir franchi la ligne d’arrivée à 3h23, la nuit dernière. Longtemps posté dans le paquet de tête, le skipper d’Ovimpex – Secours Populaire a mené la danse chez les bizuths avant de céder sa place à un Benjamin Dutreux très inspiré sur les derniers milles. Vingtième du classement général provisoire d’une épreuve particulièrement éprouvante, le forestois termine au pied du podium chez les petits nouveaux. Déçu de ne pas avoir accrocher les places d’honneur pour son entrée en lice, mais fier d’avoir appris et progressé au cours de cette 46ème édition, c’est avec beaucoup d’envie et d’ambition qu’il se projette déjà sur sa prochaine participation.

Vous disiez vouloir finir sur une note positive, c’est votre sentiment ?
« Oui je pense que c’est ma plus belle étape, même si j’aurais pu faire encore mieux car j’ai vraiment été bien placé sur une bonne partie de la course. J’ai longtemps été en tête chez les bizuths, et je suis resté dans le top dix sur les premières 24 heures. Mais j’ai encore perdu du terrain sur les phases de transitions. Je suis tombé dans le piège, mais je connais les points à travailler. Il faut que je parvienne à conserver une bonne vitesse quand le vent mollit sous spi. Ce sont des moments importants, des moments clés, comme j’ai pu le constater à de nombreuses reprises sur cette Solitaire. Je vais travailler cet hiver pour revenir encore meilleur l’année prochaine. »

On sent que vous n’avez rien lâché sur cette dernière étape. Vous avez le sentiment d’avoir progressé depuis le début de cette Solitaire ?
« Oui, je pense que j’avais vraiment envie d’y aller et de prouver que j’étais capable de me battre avec les meilleurs. J’ai pris confiance dans plein de domaines, et j’ai appris des milliards de choses depuis le début de cette Solitaire. J’ai vraiment eu l’impression de régater, de maîtriser mon bateau, et de pouvoir enfin sortir la tête du guidon sur cette dernière étape. J’ai pris beaucoup de plaisir à naviguer. J’ai vécu des moments extraordinaires. Et nous avons terminé dans des conditions idéales, avec un dernier coucher de soleil sur les falaises d’Etretat. C’était fabuleux ! »

Vous avez beaucoup appris sur la gestion du bateau, du bonhomme aussi ?
« La Solitaire, c’est un peu une introspection. Je suis arrivé là, sans trop savoir à quelle sauce j’allais être mangé, et ça y est, j’ai été mangé, et la sauce était bonne ! C’est vrai qu’on apprend beaucoup sur la gestion du sommeil, c’est un rythme très particulier, et on a eu une Solitaire assez éprouvante physiquement. Il y a eu très peu de temps de récupération entre les étapes. Et sur l’eau, c’était dur nerveusement. C’était compliqué de tenir et de se reposer aux moments clés. »

Vous parliez de l’envie de revenir meilleur l’année prochaine. La Solitaire 2016 est déjà dans votre tête ?
« Oui mais malheureusement, ça ne dépend pas trop de moi. Il va falloir que je mette les bouchées doubles pour trouver des partenaires prêts à m’accompagner dans une nouvelle aventure. En tout cas je remercie David Ermacora de m’avoir donné ma chance cette année. J’espère qu’il sera satisfait de mon parcours, et que l’histoire n’est pas finie avec lui ».

Quel est votre programme pour les jours et les semaines à venir ?
« Là je vais aller boire un verre, et me reposer. Je vais prendre du bon temps et faire ce qui m’a fait rêver en passant aux Glénan : de la chasse sous-marine avec mon père et mes amis. Ensuite, en août, il faudra remettre les bottes et repartir pour le Tour de Bretagne avec Anthony Marchand. D’ici là, je bosserai sur le bateau et je travaillerai sur les réglages. Et puis il reste un point d’interrogation sur la Generali Solo. Ce serait pas mal de pouvoir la faire, car je pourrais éventuellement terminer sur un podium du championnat de France. Il va falloir en discuter.»

Présent sur les pontons de Dieppe, une bouteille de champagne à la main, David Ermacora n’a rien manqué de cette arrivée nocturne dans les eaux normandes. Accompagné d’un représentant du Secours Populaire, le Directeur Général d’Ovimpex était sur l’eau pour voir Martin franchir la ligne d’arrivée. Heureux des progrès accomplis par son poulain, il a tenu à le féliciter.

«Je suis super heureux pour Martin qui n’a eu de cesse de progresser depuis le début de cette Solitaire. Il a fait une très belle étape. J’ai suivi sa progression toutes les six minutes, et j’étais très fier de le voir dans le groupe de tête. Il a même été troisième à un moment donné. Je suis heureux pour lui car il a énormément appris et ce n’est pas un hasard. Il a beaucoup travaillé et ça a payé. L’année prochaine, ce sera déjà un grand marin !»

DSC_8347

24/06/2015 : Ne rien lâcher !

C’est la rage au ventre que Martin Le Pape se prépare à avaler les derniers milles de la quatrième et dernière étape de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire. Solidement accroché au wagon de tête depuis le début de cette ultime manche entre Torbay et Dieppe, le skipper d’Ovimpex – Secours Populaire poursuit sa progression au contact de la meute,18ème, à un peu plus de six milles de l’actuel leader, Adrien Hardy. Ralentie par une bulle anticyclonique en début d’après-midi, la flotte a retrouvé une bonne vitesse, et progresse désormais au largue, dans un vent d’Ouest de six noeuds à l’approche de la marque A8, au large d’Antifer. Deuxième bizuth, derrière Benjamin Dutreux, qui ne joue plus le classement dans cette Solitaire, pour avoir abandonné sur la troisième étape, Martin peut encore rêver d’accrocher un podium dans sa catégorie. En effet, Aymeric Arthaud qui le devance de 2h44 au classement des bizuths, pointe actuellement son étrave en 30ème position, à plus de dix milles de son tableau arrière. A ce stade donc, tout reste jouable, à condition de déjouer les derniers pièges d’une étape aussi décisive qu’indécise. A cinquante milles de Dieppe, les conditions sont tellement aléatoires, qu’il reste impossible d’estimer l’heure d’arrivée des figaristes. Il faudra donc avoir le coeur bien accroché, pour suivre les derniers milles d’un dénouement promis à de nombreux rebondissements.

Départ de la 4eme étape de la Solitaire du Figaro - Eric Bompa

23/06/2015 : Toujours dans le coup à mi-parcours

Boosté par ses belles performances sur les premiers milles du parcours, Martin ne faiblit pas sur la quatrième et dernière étape de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire. Toujours posté dans le premier tiers de la flotte, le jeune skipper d’Ovimpex- Secours Populaire a réussi à rester dans le match malgré la molle qui s’est installée au passage de Start Point et a redistribué les cartes à mi-parcours. Actuellement quatorzième, à trois milles d’Adrien Hardy, qui s’est emparé des commandes à la faveur d’une option audacieuse le long des côtes anglaises, Martin a les cartes en main pour conclure cette Solitaire du Figaro de bien belle manière. Mais la route est encore longue et le jeu promet d’être serré jusqu’à la ligne d’arrivée. Si les figaristes ont retrouvé une belle vitesse et progressent actuellement de façon très regroupée, sur une trajectoire proche de la route directe, le vent devrait à nouveau mollir et le courant redevenir défavorable à l’approche de l’île de Wight. Il reste encore 180 milles à parcourir, et les heures à venir n’auront rien d’une sinécure.

Départ de la 4eme étape de la Solitaire du Figaro - Eric Bompa

22/06/2015 : Patron chez les bizuths !

Auteur d’un très joli départ hier après-midi, dans les eaux de Torbay, Martin Le Pape est en train de réaliser une belle performance sur la quatrième et dernière étape de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire. Rapidement placé dans le groupe de tête, le jeune bizuth a su se maintenir dans le premier wagon, et s’est même offert le luxe d’occuper la troisième place dans le sillage de Jérémie Beyou et d’Adrien Hardy à la tombée de la nuit. Et même si le skipper d’Ovimpex- Secours Populaire a concédé un peu de terrain dans l’obscurité, il n’a jamais quitté le haut de la flotte, malgré les difficultés rencontrées pour contourner la pointe Sud-Ouest de l’Angleterre. Freinés par des courants puissants venus du nord, c’est sur une mer hachée, dans un vent mollissant et sous un ciel humide, que Martin et ses concurrents ont rasé les côtes britanniques et tricoté entre les cailloux pour atteindre l’immense phare de Long Ship, et poursuivre leur remontée en Mer Celtique. Dixième au passage des Stones, Martin est le premier bizuth à avoir salué cette cardinale nord située devant Saint Ives Bay, au Nord-Ouest de la péninsule de Cornouailles en Angleterre. De bon augure, même si l’étape ne fait que débuter. Depuis leur départ de Torbay, Martin et ses camarades n’ont parcouru que 130 milles. C’est moins d’un tiers du parcours. Et si les 39 figaristes bénéficient d’un vent relativement généreux pour progresser vers le Water Hub, zone interdite à contourner, le retour vers les côtes françaises s’annonce beaucoup plus compliqué. Le vent devrait mollir très franchement sur la deuxième partie de la course, et la météo hasardeuse laisse planer le doute quant aux choix à adopter. ll faudra être inspiré sur une route qui promet d’être longue. Posté derrière son ordinateur, où il a les yeux rivés sur la cartographie, David Ermacora, le Directeur général d’Ovimpex, est fier de son poulain, mais il a l’impression de vivre des heures interminables comme il le confiait à la mi-journée «Sans vouloir faire de mauvais jeu de mot, c’est le jour le plus long pour moi, et j’ai hâte que le débarquement ait lieu ! Martin a fait un début de course canon, et il a réussi à bien se maintenir. J’espère qu’il va tenir, car le reste de l’étape sera difficile. En tout cas, je suis très fier de lui, et je lui ai promis que s’il arrivait dans les dix premiers à Dieppe, il aurait droit au champagne et je ferais la fiesta!»
A bon entendeur…

Départ de la 4eme étape de la Solitaire du Figaro - Eric Bompa

21/06/2015 : Un dernier départ bien négocié

Heureux de retrouver ses camarades de course, pour une dernière confrontation relevée, c’est dans le groupe de tête que Martin Le Pape a quitté les eaux de Torbay cet après- midi. Parti lancé en bout de ligne, dans un vent de quinze à dix-huit noeuds, et sous un ciel ensoleillé, le skipper d’Ovimpex – Secours Populaire a parfaitement débuté sur la dernière étape de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire. Une quatrième manche qui devait initialement être la plus longue de l’épreuve, mais qui a été réduite à 470 milles en raison des vents faibles annoncés. Au lieu de remonter jusqu’à l’île de Lundy, la flotte se contentera d’enrouler une bouée dans le nord de la Cornouaille avant de redescendre vers Dieppe, où se jouera l’arrivée de cette 46ème édition. Un programme allégé donc, mais l’étape n’en sera pas moins complexe. «Ce sera plus court, c’est vrai, mais ce sera long quand même et le jeu sera très ouvert. Ce sera une étape intéressante avec beaucoup de coups à jouer » commentait Martin ce matin. Dixième à la marque Radio France, le jeune bizuth tentera de se maintenir dans le premier wagon avant que le vent mollisse dans la soirée de lundi. Car un anticyclone arrivera par l’Est, et les retardataires seront les premiers piégés. «On aura de l’air pour débuter, mais ça s’essoufflera assez rapidement, et une fois passée la pointe de l’Angleterre, les premières difficultés commenceront. Nous aurons du courant, très peu de vent pour revenir jusqu’à l’ile de White et pour traverser la Manche » analysait le jeune bizuth avant de s’étendre sur la stratégie choisie. «Je ne vais pas changer ma manière de fonctionner. Je vais plutôt rester conservateur, car il y aura de nombreux risques de se louper. Même si l’étape est plus courte, il y aura beaucoup de moyens de se refaire ou de perdre énormément, car dans la pétole, c’est toujours la loterie !» prévenait Martin avant de partir.
Grappiller prudemment quelques milles, et ne pas tenter de suivre ceux qui joueront toutes leurs billes, c’est avec cette philosophie que Martin tentera de reprendre quelques places dans cette dernière étape. Et pour accrocher un podium chez les bizuths, il misera sur la témérité de ses camarades, et s’interdira tout brin de folie.