Archives mensuelles : mai 2015

Parcours

29/05/2015 : Dans les starting-blocks…

A quarante-huit heures du départ de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire, la pression monte doucement sur les pontons de Port de la Lune, à Bordeaux. Si le parcours a soigneusement été étudié par l’ensemble des concurrents engagés, les conditions elles, évoluent d’heures en heures. Attentif aux fichiers météo depuis plusieurs jours, Martin le Pape a assisté aujourd’hui au briefing du Pôle Finistère Course au Large à ce sujet. Menée par un trio d’experts cette réunion a fourni au skipper d’Ovimpex – Secours Populaire, de précieuses informations pour la première étape de 461 milles entre Pauillac et Sanxenxo, en Espagne.

«Je sors du briefing tant attendu, et même si les conditions évoluent rapidement à cette période de l’année, on sait déjà qu’on sera concerné par une dépression assez virile dans le Golf de Gascogne. La bonne nouvelle, c’est que la sortie de l’estuaire de la Gironde ne se fera ni en louvoyant, ni contre les courants. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il va falloir aller chercher ce front très actif avec 35 noeuds de vent. Il faudra faire le dos rond, et ne rien casser. Ensuite on aura une zone de transition assez compliquée à gérer. L’arrivée sur les côtes espagnoles est encore loin, mais on devrait avoir du vent plus clair pour finir.»

Si la pression commence à se faire sentir, le jeune bizuth se disait plutôt détendu à la veille du prologue qui débutera demain à 17h45. Les quarante concurrents s’élanceront pas groupes de six et sept bateaux, sur des départ décalés. Ils mettront le cap sur Pauillac où le départ sera donné dimanche à 17h.

SOLITAIRE DU FIGARO ERIC BOMPARD Cachemire 2015

28/05/2015 : Enfants, briefings, et runs d’exhibition … Martin enchaîne !

On dit toujours du mercredi, qu’il est le jour des enfants, et Martin le Pape a pu le constater hier, en consacrant une bonne partie de sa journée à une brochette de chérubins. Venus avec les centres de loisirs bordelais, ou le Secours Populaire, tous étaient curieux d’en apprendre un peu plus sur le bizuth et sa passion. «C’est toujours amusant de voir tous ces enfants, et de leur expliquer ce que l’on fait. Ils posent tout un panel de questions sur notre bateau, notre métier» confiait le skipper d’Ovimpex – Secours Populaire avant de poursuivre : «Ce sont des questions d’enfants, assez simples, mais parfois un peu déstabilisantes, car ils nous demandent des choses qui nous paraissent évidentes, et que l’on n’a jamais eu à expliquer. On ne sait pas toujours trouver les mots» avouait le forestois. «Mais ils semblaient heureux, et si l’on doit mesurer l’impact de ces opérations par le nombre de sourires au mètre, on peut dire que c’était réussi !»

Après un après-midi largement consacré à cette jeunesse, Martin s’est replongé dans sa course, en se rendant à un briefing réservé aux douze bizuths engagés sur cette Solitaire. Une réunion sur l’organisation et la sécurité, complétée ce matin, par un autre rendez-vous avec l’ensemble de la flotte. «Nous avons été briefés sur le parcours pour sortir de l’estuaire de la Gironde, et sur le protocole à suivre en cas de problème. On ne le souhaite pas, mais personne n’est à l’abri d’un hélitreuillage. On nous a donc expliqué la procédure à mettre en place dans le cas où cela nous arriverait.»

A 16h, Martin devait faire de nouveaux runs d’exhibition sur la Garonne. Il s’isolera ensuite pour préparer sa navigation, regarder sa météo, car on entre désormais dans le vif du sujet, comme il le disait lui-même.

image-r-580-387

27/05/2015 : J-4 : les derniers préparatifs

Dans quatre jours, Martin Le Pape prendra le départ de sa toute première Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire. Un évènement majeur que le jeune bizuth entend débuter dans les meilleures conditions. Ambiance champêtre, bon vin et animations festives, il règne comme un air de vacances sur les quais de la Garonne, mais le skipper d’Ovimpex – Secours Populaire ne s’est pas laissé distraire par cette agitation. Concentré sur sa course, il a commencé à étudier le parcours, passer les contrôles de jauge, et peaufiner les derniers détails en compagnie de son préparateur. Reste à affiner les choix culinaires et vestimentaires, et à éplucher les derniers fichiers météo, pour établir le scénario idéal sur la première étape vers Sanxenxo, en Espagne.

Tout est en règle !
Avant de s’élancer sur la première étape de la Solitaire du Figaro, qui conduira la flotte jusqu’à Sanxenxo en Espagne, les quarante concurrents engagés se sont soumis au traditionnel contrôle de jauge. Une opération indispensable pour garantir le respect de la monotypie et des règles de sécurité, à laquelle Martin s’est prêté avec succès. «Les jaugeurs sont passés hier, et c’est bon, tout est en ordre sur mon bateau. Je n’étais peut-être pas le premier de la classe, mais pas loin ! J’avais tout ce qu’il faut à bord, donc ça a été rapide» se félicite le jeune bizuth, qui parallèlement aux formalités de course, peaufine les derniers détails, en compagnie de son préparateur. «On affine les derniers réglages, mais c’est vraiment de la «bidouille», des petites choses pour améliorer l’ergonomie à bord, mais rien de radicalement différent, car il est trop tard pour opérer de gros changements.» nous confiait-il.

Avitaillement et garde-robe… des composantes à affiner
Si le bateau est fin prêt à naviguer, il manque encore l’avitaillement du bonhomme. Des paramètres à ne pas négliger. Bien manger, et bien s’équiper restent des éléments clés pour performer. Martin le sait, et il l’assure, il n’a pas l’intention de se restreindre sur le plan vestimentaire, car les conditions rencontrées sont souvent différentes de celles attendues. Pour ce qui est de l’alimentaire, les ingrédients sains et énergétiques auront la priorité, mais de petites gourmandises seront aussi de la partie. «J’attends d’en savoir un plus sur les conditions météo pour affiner la quantité à emporter, mais globalement, je compte un repas chaud toutes les six heures, et de petites choses à grignoter : des protéines, de la viande de grison, du jambon de parme… J’ai déjà prévu tous mes repas lyophilisés. Les aliments frais, en revanche, je les achèterai en fin de semaine. J’aurai aussi mes petits kiri-goûters, bons et faciles à manger, et des gâteaux Dinosaurus, un pur délice ! »

La météo, dernier point clé
Studieux, depuis qu’il a amarré son Figaro sur le ponton d’honneur de port de la Lune, en plein coeur de Bordeaux, Martin n’a pas touché une goutte d’alcool, malgré les tentations qu’offrent les lieux. Soucieux de ne pas enterrer sa Solitaire sur un banc de sable dès les premiers milles, le forestois a soigneusement étudié la carte du parcours. Mais pour établir le scénario idéal, il faudra attendre les derniers indices concernant la météo. «J’ai rentré tous les parcours de la Solitaire et tous les check-point, et maintenant j’attends impatiemment le point météo du Pôle France Finistère Course au Large. Les spécialistes que son Jeanne Grégoire, Christian Le Pape, et Jean-Yves Bernot ont bossé dessus toute la semaine. Leurs informations seront notre guide.»

Si les spécialistes livreront leurs secrets dès vendredi, un dernier briefing météo aura lieu samedi, à la veille du départ de cette première étape vers Sanxenxo. D’ici là Martin, veillera à se réfugier dans sa bulle, dès que la nécessité s’en fera sentir.

SOLITAIRE DU FIGARO ERIC BOMPARD Cachemire 2015

26/05/2015 : Un bizuth studieux

Amarré sur le ponton d’honneur de Port de la Lune à Bordeaux, en attendant le départ de la première étape de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire, Martin le Pape a disputé aujourd’hui des runs d’exhibition sur la Garonne. Un exercice que le jeune skipper d’Ovimpex – Secours Populaire a trouvé plutôt ludique «C’est amusant ! Ce sont de petites régates, avec deux marques de parcours à franchir avant de revenir sur la ligne d’arrivée. Sur le papier, c’est très facile, mais il y a beaucoup de courants, donc il faut composer avec cette petite difficulté. Mais c’est plutôt rigolo.»

A quai depuis vendredi soir, et suite à la grande parade qui a emmené les 40 figaristes engagés sur cette Solitaire, de Pauillac à Bordeaux, Martin était heureux d’en découdre. Mais il se méfie de l’ambiance un peu particulière, qui a tendance à faire oublier l‘enjeu sportif qui se profile.
«Cela fait du bien d’aller sur l’eau, je pense que nous étions tous contents de naviguer un peu, même si des médias et des partenaires sont à bord, et que nous ne sommes pas du tout dans une configuration de solitaire. Nous sommes en plein centre ville, sur un fleuve, sans voir la mer, et du coup, nous n’avons vraiment pas l’impression d’être sur le point de disputer une course importante. Mais il faut faire attention à ne pas perdre de vue la raison de notre présence ici.»

Ne pas trop se laisser distraire par ce cadre bucolique et cette ambiance festive, difficile, mais le jeune bizuth semble déterminé. Pour preuve, il ne s’est pas laissé tenter par les trésors du terroir bordelais. «Je n’ai pas touché une goutte d’alcool depuis trois semaines, et je n’ai pas l’intention de céder à la tentation. Mon métier, c’est d‘être en forme, et j’aurais tout l’été pour faire des barbecues, et boire du bon vin avec mes copains.»

Après la visite de Sophie Davant hier, Martin recevra demain celles de nombreux enfants du Secours-Populaire et d’un centre de loisirs. D’ici là, vous pourrez l’entendre sur les ondes. Car il sera ce soir, dès 18h30, l’invité de Serge Herbin sur France Bleu Gironde, en compagnie de Clément Salzes.

image-r-580-387 (1)

23/05/2015 : « On en a pris plein les yeux ! »

Amarré sur le ponton d’honneur du port de la Lune à Bordeaux, Martin le Pape a participé hier soir à la grande «parade des héros», qui a conduit les 40 concurrents de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire 2015, au coeur de la cité bordelaise. Parti de Pauillac en fin de journée, le skipper d’Ovimpex – Secours Populaire a remonté les quais de la Garonne dans le sillage du Belem, sous les applaudissements d’un public chaleureux. Un spectacle qu’il n’est pas prêt d’oublier «On en a pris plein les yeux, c’était impressionnant ! Il y avait 45 000 personnes sur les quais, des jeux de lumières sur nos voiles, la foule qui acclamait au passage des bateaux, et un superbe feu d’artifice pour clore le tout. C’était vraiment grandiose. J’étais accompagné de David Ermacora, directeur général du Groupe Ovimpex, mon sponsor, et je pense qu’il a vraiment apprécié le spectacle lui aussi.»

Aujourd’hui, le jeune bizuth répondra aux sollicitations des médias et du public, tout en prenant soin de ne pas trop se laisser distraire par l’effervescence qui règne sur les quais.
«Il faut faire attention à rester concentré, ce qui n’est pas évident lorsque l’on est comme ça, en plein centre ville. Il ne faudrait pas oublier que l’on part dimanche prochain pour plus de 400 milles en direction de Sanxenxo, en Espagne. On a un peu tendance à se laisser porter par l’ambiance festive et les paillettes, mais il faut bien préparer la navigation et le bateau.»

Le départ de la première étape, aura lieu de Pauillac le 31 mai. Avant cela, c’est à Bordeaux que les skippers disputeront le traditionnel prologue, le samedi 30.