Archives mensuelles : juin 2014

maxime flipo-_MG_7445

29/06/2014 : Jour de départ pour la dernière étape de La Solitaire

Après avoir largué les amarres de Port Olonna à 14h30, les solitaires s’élanceront à 17h des Sables d’Olonne pour la quatrième étape de la 45e édition de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire. Une ultime étape qui désignera jeudi à Cherbourg Octeville le grand vainqueur de la course.
Au menu de cette dernière étape de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire : 490 milles entre Les Sables d’Olonne et Cherbourg Octeville. « Un tracé un peu différent de ce qu’on fait habituellement puisque les solitaires passeront au large de la Chaussée de Sein et de Ouessant, avant de replonger vers la bouée de Portsail. Puis une première traversée de la Manche vers la bouée Manacles dans l’Est du cap Lizard et un grand bord le long des côtes britanniques jusqu’à l’entrée des Needles (pour retraverser la Manche vers l’arrivée à Cherbourg », explique le directeur de course, Gilles Chiorri. le vent de secteur Ouest-Nord-Ouest au départ va imposer un louvoyage, mais dès Belle-Ile, le flux deviendra mou et très perturbé sous l’influence d’une dorsale. Le vent reviendra faible du Sud-Est pour basculer à l’Est ensuite d’une dizaine de nœuds. Avec encore une molle au large de Portland Bill ».
« Cette dernière étape s’annonce assez musclée. On va commencer par un petit parcours côtier devant Les Sables dans 25 nœuds de vent ou plus. On va faire pas mal de près », commente de son côté Anthony Marchand. C’est une étape sur laquelle il peut se passer pas mal de choses. On risque de casser du matériel. Ca devrait être assez fun, avec des bords où ça va avancer vite. Par contre, l’arrivée sur Cherbourg devrait se faire dans du vent très mou, ce qui pourrait engendrer de gros écarts à l’arrivée. Logiquement, le vent devrait tomber par derrière. Donc plus tu es derrière, et moins tu as de vent ». Si les leaders visent le podium, pour le skipper d’Ovimpex-Secours Populaire, 15e au classement général, l’objectif est différent. « Je n’ai pas de pression. Mon but est de me faire plaisir sur cette dernière étape et de remonter au classement pour gagner quelques places et finir la course en beauté ».

SOLITAIRE DU FIGARO ERIC BOMPARD Cachemire 2014

26/06/2014 : Anthony Marchand 33e aux Sables d’Olonne

Anthony Marchand a coupé la ligne d’arrivée de la 3e étape de la Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire en 33e position à 12h07’43’’ à bord d’Ovimpex-Secours Populaire, après 3 jours, 21 heures, 7 minutes et 43 secondes de mer. 15e au classement général, il accuse désormais 4h47’32’’ de retard sur le nouveau leader, Jérémie Beyou (Maître Coq).
Anthony Marchand est arrivé ce midi aux Sables d’Olonne après une fin de 3e étape dans la pétole pour le skipper d’Ovimpex-Secours Populaire, « A un moment, il faut basculer d’objectif. Je n’ai pas eu trop de chance, la première fois j’étais avec Paul (Meilhat) et Corentin (Horeau), et j’ai vu la risée devant moi. Elle est restée 5 mètres devant le bateau. Ils sont tous partis et nous ont collé 20 milles. Et la deuxième fois, avec Alain Gautier, tout allait bien. On s’est retrouvé empétolé, pendant que les autres ont évité la molle et nous, on ne pouvait rien faire, scotchés devant Oléron, a-t-il déclaré à son arrivée au ponton. A un moment, on prend son mal en patience et il y a un côté un peu fataliste. Avec Alain, on a pas mal bataillé, tout le monde était en mode calme à bord, à écouter de la musique, mais nous on était aux réglages, aux écoutes, Alain faisait ses petits étirements sur le bateau pour attaquer la nuit, on était à fond mais il fallait en remettre une couche. A un moment ça devenait presque drôle. Tu n’as plus de vent, tu es à deux doigts de mettre l’ancre et les autres s‘envolent. Tu finis par rigoler un peu jaune, mais il n’y a rien à faire. Dans la voile, on ne parle pas de chance, mais on parle de facteur réussite. Elle y était un peu pour quelque chose. Quand tu es dans le paquet et que la risée passe devant toi, tu ne peux rien faire. Le golfe de Gascogne est assez grand pour qu’une risée s’arrête à cinq mètres de toi ! »

SOLITAIRE DU FIGARO ERIC BOMPARD Cachemire 2014

25/06/2014 : Cap sur la bouée BXA

Après avoir doublé la bouée ODAS dans la nuit, les solitaires ont mis le cap vers l’Ouest direction la bouée BXA, positionnée devant l’estuaire de la Gironde. Ce matin, Anthony Marchand pointe en 17e position et progresse à la vitesse de 7,6 nœuds. Il lui reste un peu moins de 170 milles à parcourir avant d’arriver aux Sables d’Olonne.

La descente de Belle-Ile sur la bouée ODAS a creusé les écarts au sein de la flotte et ce matin, Anthony Marchand accuse 26,6 milles de retard sur le leader, Yann Eliès (Groupe Quéguiner-Leucémie Espoir). Remonter sur le trio de tête s’annonce comme une mission impossible pour le skipper d’Ovimpex-Secours Populaire, même si après la bouée BXA, il restera encore 60 milles à parcourir principalement contre une brise de secteur Nord. Entre bords à tirer, marées à prendre en compte et effets de site à gérer, la vigilance sera de mise jusqu’à la ligne d’arrivée pour essayer de refaire un peu son retard et grappiller quelques milles qui pourraient faire la différence au classement général. Les premiers concurrents sont attendus demain matin aux Sables d’Olonne.

Anthony Marchand à 8h35 :
« J’ai pas mal dormi en début de nuit car maintenant, on a un bord de spinnaker serré qui nous oblige à rester à la barre : il fallait prendre des forces ! Le plus dur, c’est d’avaler la pilule de cette risée en milieu du golfe de Gascogne qui s’est arrêtée à quelques mètres de mon bateau pendant que les autres s’échappaient… Le bilan, c’est quinze milles d’écart : c’est agaçant ! Et ça ne nous empêche pas de nous mettre dans le rouge pour essayer de recoller les leaders. Il n’est pas dit qu’il y ait des solutions sur la fin de parcours sans faire n’importe quoi. Pour l’instant, c’est la route directe pour moi parce que la météo a l’air compliqué : autant faire le moins de chemin possible ! »

SOLITAIRE DU FIGARO ERIC BOMPARD Cachemire 2014

24/06/2014 : Prendre son mal en patience

Après une nuit dans la pétole, Eole continue de jouer avec les nerfs des 35 solitaires encore en course sur cette 3e étape de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire entre Roscoff et Les Sables d’Olonne. Au lever du jour, la flotte se tenait en moins de six milles. A 10h30, Anthony Marchand pointait en 18e position à 8,9 milles du leader et progressait à 0,5 nœuds. Il restait au skipper d’Ovimpex-Secours Populaire un peu plus de 300 milles à parcourir jusqu’à l’arrivée.
Avec 19 leaders en 24 heures, un vent souvent aux abonnés absents et les abandons de Claire Pruvot (Port de Caen Ouistreham) et de Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012), la 3e étape de La Solitaire réserve bien des surprises. Si pour le moment, c’est Yann Eliès (Groupe Queguiner-Leucémie Espoir) qui a pris l’avantage aux dépends d’Erwan Tabarly (Armor Lux-Comptoir de la Mer) et de Gildas Mahé (Interface Concept), rien n’est pour autant gagné pour le skipper briochin alors que les solitaires recommencent à glisser au près à 60 milles de l’île d’Yeu.

SOLITAIRE DU FIGARO ERIC BOMPARD Cachemire 2014

23/06/2014 : Début d’étape mitigé pour Anthony Marchand

Anthony Marchand a pris hier après-midi le départ de la 3e étape de la Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire entre Roscoff et Les Sables d’Olonne. Ce matin, il occupait à 25e place du classement et accusait 3,1 milles de retard sur le leader, Sam Goodchild (Team Plymouth).
Après avoir passé la pointe de Penmarc’h en fin de nuit, la flotte, emmenée par Sam Goodchild, Gildas Mahé (Interface Concept) et Yann Eliès (Groupe Queguiner-Leucémie Espoir) commence à ralentir à l’approche de la pointe des Poulains. Une fois Belle-Ile dans leur tableau arrière, les solitaires mettront le cap au Sud-Sud-Ouest pour aller virer une bouée située au milieu du Golfe de Gascogne, avant de mettre de l’Est dans leur route et de se diriger vers la bouée BXA, puis de remonter vers la Vendée. A 11h30, il restait un peu moins de 370 milles à parcourir au skipper d’Ovimpex-Secours Populaire, qui progressait à la vitesse de 6,8 nœuds.