image-r-580-387 (2)

19/05/2016 : Anthony Marchand dans les starting-blocks, à trois semaines de La Solitaire Bompard – Le Figaro

De retour à la compétition, un mois après sa victoire sur la Solo Maître CoQ, Anthony Marchand a rejoint le port du Havre, où il s’alignera dès lundi, sur la Le Havre Allmer Cup 2016. Mélange de parcours techniques et de parcours côtiers, cette épreuve, qui réunira les meilleurs figaristes du circuit, sera la première à compter pour le Championnat de France Elite de Course au Large en Solitaire. Mais elle fera surtout office de répétition générale, à trois semaines du départ de La Solitaire Bompard- Le Figaro. Bien décidé à profiter de cette dernière révision, pour parfaire sa copie et réaffirmer ses ambitions, le skipper d’Ovimpex – Secours Populaire aborde cette semaine de régates avec des objectifs bien définis.
Arrivé au Havre, où son Figaro Bénéteau 2 a été amarré en début de semaine, Anthony Marchand attend avec impatience le début de la Le Havre Allmer Cup, dont le premier parcours technique sera lancé lundi prochain. Vainqueur de la Solo Maitre CoQ en avril dernier, le skipper d’Ovimpex- Secours Populaire a pris soin de recharger ses batteries, pour attaquer avec envie, les épreuves phares du calendrier. «Mon programme a été intense : repos, repos et repos ! » s’amuse-t-il, lorsqu’on l’interroge sur son emploi du temps, depuis sa victoire dans les eaux vendéennes. « J’ai fait le choix de démâter le bateau, et de le mettre quelques jours en chantier, pour faire un check complet. Pour le reste je me suis reposé. J’avais besoin de breaker, pour avoir la niaque, et revenir avec une grosse envie de naviguer. » confie le skipper lorientais.

Une course aux allures de répétition générale

Si cette épreuve est la première à compter pour le Championnat de France Elite de Course au Large en Solitaire, Anthony Marchand souhaite surtout marquer les esprits, à moins d’un mois de La Solitaire Bompard – Le Figaro : «C’est vraiment la dernière course avant La Solitaire, donc psychologiquement, c’est important de bien naviguer et de finir devant les copains, surtout ceux qui reviennent de la Transat AG2R» explique le skipper morbihannais. Et bien que cette compétition normande n’ait pas le même format que la reine des Solitaires, elle lui offrira de nombreuses opportunités de réviser ses gammes: «Il y aura essentiellement des petits parcours techniques, donc la manière de naviguer ne sera pas du tout la même que sur La Solitaire, mais nous allons pouvoir travailler les départs, et le passage de la première bouée de dégagement. C’est un bon entraînement. Ce sera aussi l’occasion de tester les nouvelles voiles que nous avons reçues » se réjouit Anthony.

Un plan d’eau complexe à apprivoiser

Equipé de ses nouvelles voiles, le skipper d’Ovimpex – Secours Populaire profitera donc de ces sept jours de confrontation en Baie de Seine, pour peaufiner ses réglages, parfaire ses manœuvres et jauger la concurrence, le tout sur un plan d’eau particulièrement difficile à apprivoiser. « Il y a un relief assez prononcé au Havre, et du coup, il peut se passer pas mal de choses au niveau du vent. Surtout sous le Cap de la Hève, où l’on navigue souvent. A cet endroit, soit ça tamponne, soit ça accélère, tout dépend de l’orientation du vent. Il y a aussi énormément de courants qui tournent dans tous les sens, et un clapot assez court et assez haché. C’est un endroit où il n’est pas simple de naviguer, mais c’est hyper intéressant, surtout que l’on va passer par ici pour le départ de la première étape de La Solitaire » détaille Anthony, à propos de ce plan d’eau, sur lequel il tentera de se distinguer.